RUDE (F.)

RUDE (F.)
RUDE (F.)

RUDE FRANÇOIS (1784-1855)

Sculpteur français. Bien qu’accepté par ses contemporains, Rude vécut une existence discrète, à l’abri des honneurs et des polémiques de la vie artistique de son temps, et c’est du moins l’image que ses premiers historiens ont donnée de l’artiste.

Né à Dijon, grand prix de Rome en 1812, Rude n’alla jamais en Italie, les séjours des pensionnaires à l’Académie de Rome ayant été alors suspendus. En 1815, il partit rejoindre le peintre Sophie Frémiet, émigrée avec sa famille, à Bruxelles; il y demeura jusqu’en 1827. De retour en France, il participa à différents Salons artistiques la même année. Jamais élu à l’Académie des beaux-arts, il n’enseigna pas non plus à l’École des beaux-arts, mais dirigea un atelier privé de grande réputation où se formèrent des sculpteurs de talent.

L’art de Rude se rattache aux principes néo-classiques définis au début du siècle. Rude les interpréta toutefois dans le sens d’une observation rigoureuse de la nature et d’un respect de la spécificité du modèle, les menant ainsi à l’encontre des tendances idéalisantes de la sculpture néo-classique. Il reprit également des sujets antiques qui sont les sujets populaires de son époque. La sculpture reste pour lui un art didactique, qui doit éterniser dans une forme plaisante un sentiment ou une idée. Dans cette perspective, l’Antiquité propose des sujets mythologiques et historiques animés par des personnages dont les caractères et les actions sont compris par tous. Rude sut toutefois faire exprimer à la sculpture des idées de son temps. On rencontre cette volonté dans l’un des programmes les plus importants de son époque, la décoration de l’Arc de triomphe de l’Étoile, qui devait être une magistrale leçon d’histoire et de patriotisme traduite dans la pierre. Pressenti à l’origine pour exécuter les quatre bas-reliefs, Rude n’en réalisa qu’un, Le Départ des volontaires en 1792 (dit La Marseillaise , 1835-1836), œuvre célébrée par tous et qui connut un succès durable. Dans cette image au style large et au pathos affirmé, Rude dépeint avec une puissance dramatique la marche collective de la nation en des termes inconnus de la sculpture de son temps.

Rude pratiqua presque tous les genres en faveur à son époque, à l’exception de la petite sculpture d’appartement. Les genres monumentaux l’attirèrent surtout. Il fut particulièrement à son aise dans la statue-monument, l’hommage que le XIXe siècle a rendu à l’homme célèbre, ancien ou moderne. Mais il n’innove pas dans la conception du genre, Jeanne d’Arc (primitivement pour le jardin du Luxembourg à Paris; musée des Beaux-Arts, Dijon), Monge (Beaune), Général Bertrand (Châteauroux), Maréchal Ney (Paris). Il choisit de représenter ses personnages dans la vérité du costume moderne et les associe le plus souvent à un accessoire ou à une mimique expressive, évocateurs de leur légende. Le talent de Rude apparaît dans la construction anatomique précise et dans la gestuelle subtile qu’il prête à ses personnages. Rodin a analysé comment ces traits provoquent chez le spectateur l’illusion d’une durée discursive, quand le geste les déploie dans l’espace. Ses œuvres commémoratives à caractère funéraire, Cavaignac (cimetière Montmartre, Paris), le Réveil de Napoléon (Fixin, Côte-d’Or), furent immédiatement célébrées. Plus qu’aucun autre sculpteur de son siècle, à l’exception de Barye, Rude fonda son art sur une connaissance précise de l’anatomie. Il délaissa les canons déduits des mesures prises sur les statues antiques pour les chercher dans le modèle vivant. Jamais l’exécution de ses œuvres n’est étroite ou étriquée. Peu occupée d’effets de texture, sa facture large et soutenue s’attache aux effets d’ensemble.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rude — rude …   Dictionnaire des rimes

  • rude — [ ryd ] adj. • 1213; lat. rudis « brut, inculte, grossier » 1 ♦ (Personnes) Mal dégrossi, primitif et qui donne une impression de force naturelle. ⇒ fruste, grossier, rustique. « Moi qui suis un homme simple et rude » (Claudel). « ce qu il… …   Encyclopédie Universelle

  • rude — RUDE. adj. de tout genre. Raboteux, aspre au toucher. La toile grosse & neuve est bien rude. la haire, le cilice sur la chair est bien rude. il a la peau rude, le poil rude. On le dit aussi des choses qui sont aspres au palais, au goust. Ce vin… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Rude — Rude, a. [Compar. {Ruder}; superl. {Rudest}.] [F., fr. L. rudis.] 1. Characterized by roughness; umpolished; raw; lacking delicacy or refinement; coarse. [1913 Webster] Such gardening tools as art, yet rude, . . . had formed. Milton. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • rude — 1 Rude, rough, crude, raw, callow, green, uncouth mean deficient in the qualities that make for finish or for perfection in development or in use. Rude, as applied to men and their minds, suggests a comparatively low state of culture or a dearth… …   New Dictionary of Synonyms

  • rude´ly — rude «rood», adjective, rud|er, rud|est. 1. not courteous; impolite: »It is rude to stare at people or to point. SYNONYM(S): uncivil, discourteous …   Useful english dictionary

  • rude — [ rud ] adjective ** 1. ) not polite: I don t want to seem rude, but I d rather be alone. it is rude to do something: It s rude to keep people waiting. downright rude (=extremely rude): The way she stared was downright rude. a ) offensive: a rude …   Usage of the words and phrases in modern English

  • rude — [ro͞od] adj. ruder, rudest [OFr < L rudis, akin to rudus, debris, rubble < IE * reud , to tear apart < base * reu , to tear out, dig up > RUG, ROTTEN] 1. crude or rough in form or workmanship [a rude hut] 2. barbarous or ignorant… …   English World dictionary

  • rude — [ru:d] adj comparative ruder superlative rudest [Date: 1200 1300; : Old French; Origin: Latin rudis raw, rough ] 1.) speaking or behaving in a way that is not polite and is likely to offend or annoy people = ↑impolite ≠ ↑polite ▪ a rude remar …   Dictionary of contemporary English

  • rude — Rude, Semble qu il vienne de Rudis, ou de Durus, par transposition de lettres, Dur, Rud, Agrestis, Durus, Austerus, Inclemens, Seuerus, Asper. Rude et difficile, Difficilis et morosus. Pere qui n est point rude, Facilis pater. Se monstrer rude et …   Thresor de la langue françoyse

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”